Le Coran pour les nuls…

Mardis vivre ensemble

Dans le cadre des mardis du vivre ensemble, Coexister au Saguenay Lac-Saint-Jean, en partenariat avec L’IFTP et Devenir Présent, tiendra son premier café-rencontre intitulé « Le Coran pour les nuls » avec M. Mustapha Elayoubi, président de l’Association islamique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, le mardi 21 novembre 2017 à 19h, à L’Érudit Café, 24 rue Racine ouest, Chicoutimi.

Cette nouvelle activité récurrente veut permettre à la population intéressée de pouvoir s’informer sur des sujets concernant la diversité culturelle et religieuse en vue de favoriser un vivre ensemble plus harmonieux. Le concept est tout simple: après une introduction par un.e invité.e, les personnes présentes peuvent poser des questions, échanger leur point de vue de manière à pouvoir mieux comprendre certaines réalités vécues.

Gratuit. Consommations à vos frais.

Publicités

Rassemblement pour l’égalité

 Le Collectif Coexister au Saguenay Lac-Saint-Jean, Saguenay, 22 mars 2017.

Dans le cadre de la semaine d’action contre le racisme, les gens de la région dans toute leur diversité sont appelés à se rassembler pour l’égalité pour toutes et tous. Rassemblement racisme

Nous refusons de vivre dans une société où un Traouré, Ben Said ou Sanchez est discriminé à l’embauche à cause de son nom. Où un immigrant racisé n’a pas un emploi à la hauteur de ses qualifications. Où un noir ou un autochtone est profilé par la police. Où des femmes autochtones se font assassiner ou disparaissent. Où des personnes sont pénalisées du simple fait de leur handicap, leur orientation sexuelle où leur sexe. Où des Québécoises portant un foulard se font agresser dans la rue. Où les mosquées se font vandaliser. Où des citoyen-ne-s sont pénalisé-e-s du simple fait de leur handicap, leur orientation sexuelle où leur sexe.

Dimanche 26 mars 2017 à 14h, de Chicoutimi à Montréal en passant par Sherbrooke, Québec et Trois-Rivières, nous serons des familles, des jeunes et des aînées, des femmes et des hommes. Nous serons là pour celles et ceux qui, à cause de leur différence, n’ont pas les mêmes chances. Nous nous rendons visibles car les discours ne suffisent pas. Nos dirigeants doivent passer à l’action.

Ce rassemblement se veut un événement familial et festif. Apportez quelque chose pour faire du bruit. Un amuseur public sera sur place pour les enfants!

Dimanche, le 26 mars, nous nous rassemblons pour l’Égalité!
14h Place du Citoyen, Chicoutimi

Dimanche, le 26 mars, ensemble pour l’égalité!

Liberté pour tous, vraiment?

Une obscure « Coalition canadienne de citoyens préoccupés » annonce que se tiendra dans plusieurs villes du Canada, dont Saguenay et Alma, une « Marche pour la liberté, la paix et la justice » le 4 mars 2017. Sous couvert de vouloir « protéger notre démocratie et notre liberté d’expression », cette organisation voudrait priver certains citoyens de droits fondamentaux*.

Les personnes qui participeront à cette manifestation du 4 mars pourraient ne pas se rendre compte que celle-ci implique des fondements philosophiques et politiques qui visent l’exclusion plutôt que l’intégration, une liberté partiale plutôt que réellement pour tous et toutes.

En effet, il est désormais connu que des groupes extrémistes, comme La Meute, encouragent la participation de leurs membres à cette marche. Ces promoteurs n’ont pas caché leur intention de profiter de cette marche pour mettre de l’avant leur agenda. Qu’ils le veulent ou non, il leur est difficile de cacher le caractère xénophobe et la confrontation identitaire qui sont au cœur de leur action qui se drape de pacifisme et de bonne moralité.

Nous comprenons que des gens de la région puissent se sentir « préoccupés » par ce qui se passe actuellement dans le monde. Les nombreux attentats qui sont survenus dans plusieurs pays et chez nous ne peuvent qu’entretenir la crainte que la violence se perpétue. Mais par-delà la légitimité de réfléchir à des solutions et d’agir, à tous les niveaux, il importe avant tout de ne pas chercher à envenimer les choses par des gestes et des attitudes qui peuvent finir par cibler une communauté en particulier, notamment les musulmans.

Le traitement qui est fait de cette polémique par certains médias et sa récupération politique risquent d’engendrer une spirale d’intolérance. L’islam, à l’instar de toutes les religions, n’est que ce que les hommes en font ; nos concitoyens musulmans ne constituent pas plus une mine de terroristes que les prêtres catholiques ne forment un club de pédophiles…

Comme des milliers d’entre nous avons pu le constater lors des cérémonies qui ont suivi l’attentat de Québec, nos compatriotes musulmans sont attachés au Canada et au Québec. Il s’agit de leurs lieux d’appartenance et de vie où ils se comportent convenablement, respectant les lois et contribuant positivement au progrès social et économique, tout comme la majorité des autres citoyens.

En tant que Canadiens et Québécois, ceux-ci ont les mêmes droits fondamentaux enchâssés dans nos chartes : la liberté de pensée, de conscience et de religion ainsi que la liberté de manifester leur religion tant en public qu’en privé (cf. Déclaration universelle des Droits de l’Homme).

En ce qui nous concerne, notre conviction repose sur une autre approche qui vise le rapprochement et la compréhension mutuelle, car l’unique voie d’avenir pacifique réside dans la recherche d’un vivre-ensemble respectueux et fraternel que seul le véritable désir de rencontres interculturelles et interreligieuses peut apporter.

Ont signé : Marie Fall, Lise Garon, Jocelyn Girard, Jayanta Guha, Luc Lévesque, Douglas Schroeder-Tabah, Jocelyne Simard, Souad Taha, membres du Collectif Coexister au Saguenay-Lac-St-Jean et les sympathisants suivants : Sabrina Adam, Christian Bélanger, Martine Boivin, Pierre Cardinal, Anne-Marie Chapleau, Éric Dubois, France Fortin, Lise Gagné, Louise Grand’Maison, Andrée Larouche, Fatou Marone Diouf

* On peut lire les visées de ce groupe sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/pg/CanadianCCC/about/?ref=page_internal

Les revendications de la CCCC

Pour faire suite à notre prise de position publique sur la Marche pour la liberté, la paix et la Justice du 4 mars 2017 un peu partout au Québec, nous avons cru bon de traduire les différents éléments du projet politique de la Canadian Coalition of Concerned Citizens (Coalition canadienne des citoyens concernés). Cette initiative vise à montrer le caractère disparate des revendications de ce groupe politique. La traduction qui suit est faite à partir du texte trouvé sur la page Facebook de ladite Coalition. Coexister au Saguenay-Lac-St-Jean se dissocie totalement des positions de ce groupe et de toute manifestation publique instituée par ce dernier. 


La Coalition canadienne des citoyens préoccupés (CCCC) est un groupe de défense composé d’hommes et de femmes de tous les horizons. Elle a pour mission  de s’attaquer à des enjeux sociaux importants qui touchent actuellement les Canadiens.

NOS OBJECTIFS :

  • Réduire le nombre de tranches d’imposition et introduire un taux plus juste pour les classes inférieures, moyennes et supérieures de notre société.
  • Introduire un taux d’imposition uniforme pour les petites, moyennes et grandes entreprises.
  • Recueillir les redevances provenant de toutes nos ressources nationales et en partager le revenu avec tous les citoyens canadiens.
  • Protéger les manufacturiers canadiens en imposant une taxe à l’importation sur les  produits étrangers concurrents entrant sur le marché canadien.
  • Abolir la taxe de vente fédérale (TPS) sur les biens et services produits au Canada.
  • Éliminer tous les services gouvernementaux non rentables, inutiles et redondants.
  • Instituer un tarif de base pour toute visite dans un établissement de soins de santé.
  • Interdire aux partis politiques canadiens de recevoir des dons de l’étranger.
  • Fermer et dissoudre toute organisation prêchant contre la Constitution, les lois et les valeurs canadiennes.
  • Ouvrir l’immigration à toute personne qui peut immédiatement s’intégrer, s’assimiler et contribuer à l’économie et au style de vie des Canadiens.
  • Veiller à ce que l’on assure aux sans-abris des services quotidiens de logement, de subsistance et d’assistance.
  • Moderniser entièrement le système militaire canadien et son personnel.
  • Élaborer des programmes gouvernementaux pour l’établissement d’écoles, de collèges et d’universités abordables pour tous les citoyens canadiens.
  • Organiser des référendums en ligne pour connaître la volonté des Canadiens avant d’établir de nouvelles lois.
  • Cultiver et entretenir d’excellentes relations avec les États-Unis d’Amérique et les autres pays du G7.
  • Instaurer un service militaire obligatoire d’un an avec un diplôme d’études techniques pour tous les citoyens canadiens admissibles (hommes et femmes) âgés de moins de 20 ans.
  • Établir une taxe sur les aliments et les boissons nuisibles à la santé, tel que les produits de restauration rapide, les boissons sucrées et les repas riches en cholestérol.
  • Mettre en œuvre des lois plus sévères pour protéger les femmes contre la culture du viol dans notre société.
  • Protéger le droit et le caractère sacré de la vie des enfants à naître et veiller à ce que l’avortement ne devienne pas un mode de contrôle des naissances. Pour cela, mettre en place des programmes offrant aux femmes des choix pro-vie tels que l’adoption ou l’aide gouvernementale.
  • Prévoir des peines plus sévères pour les crimes majeurs, y compris la peine de mort comme moyen de dissuasion.
  • Résoudre la question autochtone : autodétermination versus intégration et assimilation complète dans la société.
  • Construire les pipelines et les mécanismes nécessaires au transport sécuritaire de nos ressources naturelles vers les marchés intérieurs et étrangers.
  • Protéger la Charte canadienne des droits et libertés et le système juridique canadien en veillant à ce que les systèmes juridiques religieux étrangers (comme la charia) ne soient jamais appliqués nulle part au Canada.

La fête de la lumière 2017

image-pour-communique

Grande fête régionale et interculturelle

Le Collectif Coexister au Saguenay Lac St-Jean invite les personnes de tous âges,  toutes origines, religions et cultures à une grande fête régionale et interculturelle

Le dimanche 5 février 2016, de 13h30 à 16h30.

Au Centre de loisirs Joseph-Nio

555 rue Sainte-Marthe, à Chicoutimi

Les gens sont conviés à apporter quelques crêpes de leur confection pour la collation communautaire en milieu d’après-midi.

Au programme de cette fête de lumière, de chaleur humaine et de partage :

– Animation par les Fous du Roy
– Maquilleuse (enfants) et Magicien sur place
– Activité musicale spéciale
– Arrivée de la marmotte (mascotte)
– Dégustation des crêpes
– Conte autochtone
– Chorale improvisée (chants d’origines diverses)

Coexister veut évoquer, par cette fête, la tradition québécoise de la Chandeleur ou « fête des chandelles », en lui donnant un sens plus large. En effet, la lumière est un symbole important dans toutes les traditions religieuses. Les crêpes rappellent le soleil par leur forme et leur couleur. C’est aussi le moment de l’année où la marmotte annonce des jours plus chaleureux ! Enfin, cette fête peut aussi représenter l’espoir d’une cohabitation interculturelle et interreligieuse saine et harmonieuse dans notre région.

L’entrée est libre.

Pour informations :

Lise Garon, (418) 212-8772                                       Jocelyn Girard, (418) 543-0783 poste 249
lise.garon.1@ulaval.ca                                               jocelyn.girard@evechedechicoutimi.qc.ca

Page Facebook de Coexister au Saguenay-Lac-Saint-Jean :
https://www.facebook.com/CoexisterSaguenay

Page Facebook de l’événement : https://www.facebook.com/events/811118805706155/

https://Coexister.quebec

L’extrémisme du maire Jean Tremblay

441e5857-5bbf-4bc8-963c-c2f4f52afba6_jdx-no-ratio_web
Photo Le Journal de Québec, Didier Debusschère

Lettre d’opinion adressée par le Collectif Coexister au Saguenay–Lac-St-Jean au Journal de Québec et au journal Le Quotiden le 16 novembre 2016.

Les propos récents du maire de Saguenay à propos de sa lassitude – le mot est faible – des musulmans, d’abord sur les ondes d’une radio-poubelle, puis rapportés en 21 citations dans le Journal de Québec, ont de quoi faire réagir un groupe comme le collectif Coexister au Saguenay-Lac-St-Jean, qui travaille à déconstruire les préjugés dont peuvent être victimes des personnes appartenant à différentes confessions religieuses.

Si un projet immobilier basé sur la concentration religieuse ne semble pas, a priori, une très bonne idée dans l’esprit de nos membres, la critique que l’on peut en faire ne devrait jamais s’abaisser au niveau des amalgames de toutes sortes que nous sert le maire Tremblay : visage caché, guerres, bombes, accommodements, droits des femmes, peur, versets sataniques, financement halal, doute sur l’existence de musulmans « modérés », profilage, « ils nous imposent leurs valeurs »… Tout ce déballage qui n’a duré que quelques minutes constitue un débordement insensé qui n’a rien pour enrichir le débat public. Cela ne peut qu’encourager les divisions, le mépris et même inciter à la discrimination.

Le maire Tremblay invite les « modérés » à dénoncer les extrémismes ? Par conséquent, nous dénonçons l’extrémisme de Jean Tremblay dans cette lettre ouverte. Par sa position islamophobe, non seulement il ne nous représente pas mais il donne aussi une image déformée de notre région.

Nous croyons que l’intégrisme –  musulman, chrétien ou autre –  tend à diviser plutôt qu’à rassembler, et nous condamnons fermement toute volonté d’imposer ses convictions par la peur et l’intimidation. À l’encontre des préjugés d’une partie de la population dont M. Tremblay se fait le fier représentant, nous estimons qu’il est important de créer un espace de rencontre et de dialogue propice à la reconnaissance mutuelle.

Rappelons que le Collectif Coexister au Saguenay-Lac-St-Jean a vu le jour à la suite des actes de vandalisme commis contre la mosquée de Chicoutimi le 31 août 2013. Il s’emploie, entre autres choses, à poser des gestes et à susciter des réflexions conduisant les gens de notre région à plus d’ouverture et de compréhension envers les musulmans de chez nous : autant les immigrants et les convertis que ceux nés ici.

Et aujourd’hui nous signons : Christian Bélanger, Marie Fall, Lise Garon, Jocelyn Girard, Luc Lévesque, Douglas Schroeder-Tabah, Jocelyne Simard, Souad Taha, Gilbert Talbot ainsi que d’autres membres du Collectif.

Site web : http://coexister.quebec
Page Facebook : https://www.facebook.com/CoexisterSaguenay/

L’exercice des couvertures – avec les Premières Nations

Attention: deux séances, l’une à 13h30 et l’autre à 18h30.

Vivre un exercice de sensibilisation collective, pour mieux comprendre les enjeux autochtones. L’objectif visé est de sensibiliser des groupes de citoyens et citoyennes à l’expérience historique des peuples autochtones du Québec et du Canada.

L’Exercice des Couvertures

De concert avec l’équipe diocésaine de pastorale, de l’Institut de Formation Théologique et Pastorale, le Collectif Coexister Saguenay Lac-St-Jean, vous invitent à vivre une expérience inhabituelle. Au Parvis de Jonquière -3880 Boulevard Harvey, Jonquière-, le jeudi 8 décembre 2016, de 13h30 à 16h00, ou encore de 18h30 à 21h des personnes ressources du Centre d’amitié autochtone du Saguenay nous ferons vivre un exercice de sensibilisation collective : l’Exercice des Couvertures. 

L’Exercice des Couvertures a été créé par Kairos Canada en 1997 et réalisé à travers le pays. La présente version a été adaptée par le Centre d’amitié autochtone du Saguenay. Leur objectif est de sensibiliser des groupes de citoyens à l’expérience historique de la dépossession vécue par les peuples autochtones du Québec et du Canada, ainsi qu’à ses conséquences aujourd’hui.

En se mettant un moment à la place des Autochtones, peut-être pourrons-nous ressentir ce que c’est que d’être autochtone aujourd’hui? L’Exercice des Couvertures couvre plus de 500 ans d’histoire dans un atelier expérientiel. Les participants prennent le rôle des peuples autochtones au Canada. L’exercice des couvertures amène les participants à mieux comprendre les enjeux autochtones d’aujourd’hui et de développer leur empathie. L’exercice est suivi par un cercle de partage dans lequel les participants ont l’occasion de discuter de l’expérience en tant que groupe.
Bienvenue à tous!

Contribution volontaire. Pour informations: Jocelyn Girard – 418-543-0783 p. 249 ou jocelyn.girard@evechedechicoutimi.qc.ca

Crise des réfugiés syriens: Une soirée pour s’épauler…

Compte-rendu de la soirée d’échange du 10 septembre 2015

Près de 40 personnes se sont rassemblées à la bibliothèque de Chicoutimi le 10 septembre dernier à 19h pour partager, réfléchir et se concerter. Après la présentation de Mme Anna Purkey via Skype, avec quelques problèmes de son, nous avons proposé à l’assemblée de se répartir en cinq groupes autour des cinq questions suivantes :

Comment, par quel(s) moyen(s):

  1. Partager des faits, des réflexions, des analyses sur la situation des réfugiés qui permettent de mieux comprendre les enjeux et de faire de l’ÉDUCATION populaire?
  2. FAIRE PRESSION efficacement sur les élus et les instances de gouvernements aux niveaux municipal, provincial et fédéral?
  3. Appeler nos concitoyenNEs à se montrer plus généreux (DONS $) en regard des besoins des organismes d’aide humanitaire sur le terrain et dans les camps de réfugiés?
  4. MOBILISER la population, la société civile et nous-mêmes dans la défense des droits des réfugiés et des migrants?
  5. Procéder à des démarches concrètes de PARRAINAGE pour parvenir au bout du processus de parrainage par des groupes et institutions de la région?

Voici les propositions émanant des groupes :

  1. ÉDUCATION:
  • Prémisse: Avoir un message de base / travailler le contenu (mener une réflexion pour la communiquer)
  • Proposition: que nous élaborions un contenu qui s’adresse à la population et qui peut se déployer en plusieurs moyens dont…
  • Une page Web de sensibilisation sur des questions relatives aux préjugés, etc.
  • Capsules (clips vidéo) de personnes en situations (réfugiés)
  • Cercle de presse / MATv
  1. FAIRE PRESSION
  • Constats: statut de réfugié, l’enjeu est d’obtenir la présomption du statut pour les Syriens. Le momentum est bon par rapport aux élections.
  • Demander suivi par rapport à l’engagement de Ville Saguenay (pas concret).
  • Que les autres villes suivent Saguenay (demander engagement)
  • Aux candidats, demander prendre position clairement.
  • Denis Lebel (représentant du gouvernement actuel) actions ciblées sur les délais (cf. situation d’urgence)
  • Trouver un porte-Parole pour cette cause (ex. Sébastien Pilote)
  • Action concertées, commencer petit
  1. MOBILISATION
  • Qui mobiliser? Nous, population, société civile, organismes d’accompagnement des personnes migrantes
  • Comment mobiliser? Financement des organisations ;  les gouvernements ont rôles à jouer
  • Action de la part d’entreprises de la région?
  • Sensibiliser les gens autour de soi (discussions)
  • Écueils: multiplication des détresses
  • Regarder les autres situations similaires dans le monde et faire connaître les droits des réfugiés (trop méconnus)
  • Un lettre ouverte pour aller dans le sens de ce qui a été proposé par Ville Saguenay (suites au prises de parole Simon Olivier Côté, Marcellin ) /  Voir ce que nous avons, ce qui nous manque aussi )
  1. DONS ($)
  • Former un guichet unique à Saguenay pour l’accueil et les services aux réfugiés (chapeauté par un CA)
    • Formé de représentants de la société civile et religieuse
    • pour amasser et distribuer des fonds
    • Soutenir financièrement les groupes de parrainage
    • S’adjoindre à un organisme qui peut émettre des reçus d’impôt
  • Mot-clé = leadership
  • Cette proposition a été questionnée par le fait qu’il existe déjà plusieurs associations déjà bien outillées dans l’aide aux réfugiés et aux groupes qui désirent parrainer. Il faudrait se mettre en lien avec eux, notamment Action Réfugiés Montréal.
  1. PARRAINAGE
  • C’est quoi parrainer? 2 à 5 personnes impliquées pour s’engager pendant un an pour tous les besoins
  • Accueil et accompagnement des personnes (incluant santé mentale, traumatismes, etc.)
  • Trouver un organisme ou personne pour répondre aux questions, informer et faire des liens avec les ressources sur toutes les facettes du parrainage…
  • Diffuser sur les réseaux sociaux et traditionnels
  • Que Coexister prenne le mandat de s’occuper de cette question (ou que deux ou trois personnes travaillent sur le parrainage)
  • Éviter de dédoubler les ressources…
  • Action Réfugiés Montréal fait déjà tout ça…
  • S’assurer de ne pas diviser les familles

Des listes de noms ont été réalisées pour identifier les personnes intéressées à participer à un travail en comités pour chacun de ces cinq volets.

Enfin, à la suite de notre rencontre, Jorge Frozzini nous a fait parvenir, de la part de Mme Anna Purkey, une liste de ressources pour nous aider à mieux comprendre les enjeux et les moyens.

Ressources:

Informations générales : * Conseil canadien pour les réfugiés : http://ccrweb.ca/fr

http://ccrweb.ca/fr/recommandations-reponse-canadienne-refugies-syriens

* Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes : http://tcri.qc.ca/  (voir leur liste de membres) * Association canadienne des avocats et avocates en droit des réfugiés : http://www.carl-acaadr.ca/  * Amnistie Internationale : http://www.amnistie.ca/

* Association Québécoise des avocats et avocates en droit de l’immigration : http://www.aqaadi.com/

Parrainage : * Immigration Diversité et Inclusion Quebec : http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/immigrer-installer/refugies-autres/parrainage-collectif/index.html

* Immigration et citoyenneté Canada : http://www.cic.gc.ca/francais/refugies/parrainer/index.asp  * Action Réfugiés Montreal : http://www.actionr.org/FR/bienvenue.htm

Dons : * Relations internationales et Francophonie Quebec : http://www.mrif.gouv.qc.ca/fr/salle-de-presse/actualites/15606  * Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés : http://www.unhcr.fr/cgi-bin/texis/vtx/home  ; http://www.unhcr.ca/

Un reportage-photos sur les musulmans du Québec et une bibliothèque vivante

Événement à Alma : « QuébécoisEs, musulmanEs… et après? »

Une exposition qui bouscule les idées reçues

Des photos de Québécois musulmans – ou perçus comme tels au Québec – seront exposées à la Bibliothèque municipale d’Alma jeudi, vendredi et samedi les 23-24-25 septembre.

Le photoreportage veut sortir des clichés répandus en offrant des portraits qui rendent compte de la diversité des personnes musulmanes au Québec, en ce moment où le public de la région se mobilise pour l’accueil des réfugiés syriens. Ces citoyens québécois ont accepté de présenter leur visage, un peu de leur quotidien et de leur histoire de vie, pour nous faire découvrir des réalités trop souvent méconnues.

Un vernissage auquel le public est invité se tiendra jeudi le 24 septembre de 16H à 18H, au deuxième étage de la Bibliothèque.

L’exposition sera accompagnée, vendredi 25 et samedi 26, d’une bibliothèque vivante. Le concept est simple : un « livre humain », c.a.d. une personne en chair et en os, peut être « lu » sur place par un usager curieux de connaître un vécu hors du commun (voir la liste des livres vivants disponibles).

Photoreportage et bibliothèque vivante sont une initiative conjointe du collectif de chez nous, Coexister, et du Centre justice et foi (Montréal). L’activité abordera quatre thématiques :

– la vie quotidienne

–  le travail et le parcours professionnel

– la participation citoyenne

– la religion et la spiritualité

Pourquoi cette exposition ?

« Notre groupe veut répondre à l’inquiétude croissante entourant la diversité ethnoculturelle et religieuse dans la région » explique Jocelyn Girard, porte-parole de Coexister, ce collectif de notre région qui se donne pour mission de créer des liens durables d’amitié et de solidarité entre les personnes et les groupes de religions différentes ou sans religion.