L’influence des médias sur le vivre-ensemble

Mardis vivre ensemble

Le sixième « Mardi du vivre-ensemble » se tiendra le mardi, 20 novembre 2018, dès 19h au Bistro Café Summum (250 sur Racine est, Chicoutimi) sous le thème « L’influence des médias sur le vivre-ensemble ».

Au programme:
– Trois allocutions pour mettre la table: Mme Dominique Savard, ex-journaliste dans des hebdos régionaux, portera un regard sur la place des médias locaux dans le vivre-ensemble; M. Khadiyatoulah Fall, professeur à l’UQAC, fera état de ses recherches sur les médias et la réalité des musulmans au Québec; enfin M. Michel Gaudreau, journaliste à Radio-Canada et ex-président de la section régionale de la Fédération des journalistes du Québec, présentera ses réflexions sur l’état actuel des relations entre les médias et la société civile.

Par la suite, l’ensemble des personnes présentes pourront interroger, commenter, débattre des questions qui auront été soulevées dans les présentations et les échanges.

Présentation
Au cours des dernières années, la dimension du « vivre-ensemble » a parfois été malmenée au Québec et dans la région. Lorsqu’on parle du vivre-ensemble, il s’agit de tous les rapports existants entre le ou la citoyenne, ses convictions, sa culture, son origine et l’ensemble des autres individus qui vivent de manière rapprochée sur un même territoire. Au-delà de la simple coexistence, il s’agit d’actions concrètes qui permettent aux gens ainsi qu’à leur communauté d’appartenance de pouvoir s’épanouir au sein de la société. Un grand nombre d’opinions, débats et même de campagnes politiciennes ont mis à l’avant des propositions diverses et concurrentes autour de l’immigration notamment. Il y a aussi toutes les questions sur les différences déjà présentes depuis longtemps au Québec, entre autres avec les gens des Premières Nations, mais également avec les personnes liées à une religion quelconque ou encore celles qui se vivent autrement que par l’expression des genres traditionnels. Bref, il y a beaucoup à traiter et c’est bien ici que les médias peuvent contribuer à entretenir des perceptions qui peuvent parfois diviser et attiser l’hostilité ou encourager les efforts de rapprochements entre différentes personnes, communautés, ethnies, religions, etc.

L’animation sera confiée à Mme France Fortin, directrice générale de L’IFTP, partenaire de l’événement. Elle comprendra trois parties :

  • Le témoignage des trois femmes à partir de questions qu’elles auront préalablement reçues.
  • Des témoignages plus spontanés de femmes présentes qui seraient invitées à compléter ceux des panélistes.
  • Un échange avec toutes les personnes présentes.

L’organisme Devenir Présent est également partenaire pour la présentation de cette activité. Fjord Jeunesse soutient financièrement sa réalisation.

Pour information : Christian Bélanger, 418-543-5419

Événement Facebook : https://www.facebook.com/events/1580389925372483/

Site web de L’IFTP: http://www.iftp.org

Site web de Devenir présent : http://www.devenirpresent.org

Publicités

Faire une place aux minorités culturelles pour cultiver chez nous le vivre-ensemble

Lettre ouverte

Mardis vivre ensembleLe 11 septembre dernier, le quatrième Mardi du vivre-ensemble du collectif Coexister au Saguenay-Lac-Saint-Jean, tenu à l’Appartement bar ambiance de Chicoutimi, a réuni près de 40 personnes désireuses d’identifier des enjeux communs à prendre en compte dans la campagne électorale pour cultiver le vivre-ensemble.

Après les contributions des trois panélistes, Carine Blenny (Ambassade boréale), Marie Fall (UQAC et Coexister) et Alexandre Cloutier (député sortant de Lac-Saint-Jean), les personnes présentes ont longuement échangé pour en arriver à définir quatre grands enjeux qui ne sont pas suffisamment présents dans les propositions et dans les débats.

41727800_735852273451784_3831690532652843008_n
Marie Fall, Carine Blenny et Alexandre Cloutirer, les trois panélistes. (Photo: Christian Bélanger)

Si la première préoccupation évoquée est celle de l’emploi, le constat est que ce thème semble largement instrumentalisé au service des lignes partisanes. Le Québec étant actuellement en rareté de main-d’œuvre voire de pénurie en certains secteurs, il est vrai que les entreprises sont plus disposées à regarder du côté des nouveaux arrivants pour combler leurs besoins. Pourtant, un récent sondage au niveau provincial a montré qu’une majorité d’entrepreneurs préfère embaucher localement, rémunérer davantage leurs employés ou retarder leur retraite plutôt que de s’ouvrir aux minorités culturelles, mêmes si elles sont mieux qualifiées. Nous voyons dans cette situation une occasion supplémentaire de sensibiliser les employeurs à la richesse de la diversité et à des pratiques de gestion plus inclusives en soutenant les organismes s’y dévouent déjà. Nous souhaitons favoriser une nouvelle appréciation de la main d’œuvre aux noms et aux accents inhabituels, mais dont l’apport a déjà été fortement confirmé dans les milieux où l’accompagnement et les mesures d’intégration en emploi ont été appliquées.

Pour demeurer dans le thème de la sensibilisation, plusieurs remarques ont porté sur le fait qu’une majorité de la population régionale demeure distante face aux immigrants, comme c’est encore le cas pour les autochtones, et parfois même peu ouverte à leur faire une place honorable dans son voisinage et dans ses relations d’amitié. Pourtant, plus on accepte d’entrer en relation en s’ouvrant à la diversité et plus la fréquentation des gens de cultures et d’origines variées nous enrichit personnellement et collectivement. En effet, les nouveaux arrivants sont doués de qualités et de talents qu’ils mettent généreusement à contribution dans leur nouvel environnement lorsque les conditions cela rendent possible. Il importe donc d’encourager et de soutenir les initiatives et les actions qui favorisent la rencontre et le vivre-ensemble dans un esprit de mutualité.

41501557_735864720117206_7691848538040303616_oUne troisième préoccupation concerne le déficit d’immigration. Nous ne disposons pas encore de grands moyens pour faire valoir le Saguenay-Lac-Saint-Jean auprès des personnes qui pourraient trouver avantage à s’y installer. Et pourtant nous avons une combinaison unique d’attractions naturelles (fjord, lacs, forêt), sociales (identité régionale, hospitalité) et économiques (agriculture, industries, énergie, savoir, etc.). Nous avons besoin d’initiatives axées sur la promotion de notre région afin d’offrir une image plus fidèle à nos capacités d’accueil et d’ouverture à la différence.

Enfin, une dernière préoccupation évoquée concerne l’isolement des groupes et des instances qui ont pour vocation d’accueillir et d’offrir des services aux personnes immigrantes dans la région. Chaque groupe ou organisme fonctionne le plus souvent en vase clos, avec sa mission et ses services. Plus que jamais, une véritable concertation des efforts devrait être encouragée grâce à un leadership assumé. Certaines structures de concertation pourraient être réhabilitées et adaptées de manière à mieux répondre au défi d’être ensemble partenaires et complémentaires dans l’objectif de faire de notre région un milieu de vie favorable à toute personne et à toute famille qui veut en faire son lieu de vie permanent.

41543129_735852003451811_2147851610733150208_nBien sûr, il y a d’autres aspects qui pourraient s’ajouter à ces préoccupations. Nous souhaitons que la population ne reste pas insensible au potentiel de l’immigration pour enrichir culturellement et économiquement notre région et qu’elle interpelle en ce sens les personnes qui sont au cœur des présentes élections.

Ont signé :

Christian Bélanger

Hélène Blackburn

Mélanie Bouchard

Marilyn Brassard

Anne-Marie Chapleau

Isabelle Dallaire

Claude Dumais

Marie Fall

Pierre Forest

André Fortin

France Fortin

Jocelyn Girard

Patrice Imbeau

Andrée Larouche

Luc Lévesque

Carlos Olivas

Sylvie Pedneault

Mylène Renaud

Douglas Schroeder-Tabah

Şükran Tipi

Manon Tremblay

Emmanuel Trotobas

Agathe Vaillancourt

Stephen Whitney

_________________________________________

Pour information: Christian Bélanger, coordonnateur de Coexister au SLSJ: 418-543-5419

Le pouvoir, on se le donne?

Mardis vivre ensembleDans le cadre du prochain mardi du vivre-ensemble et à l’approche des élections provinciales du 1er octobre 2018, Devenir Présent (en collaboration avec Coexister et L’IFTP) vous propose de venir entendre deux personnes partager leurs réflexions sur l’importance de l’engagement citoyen et du pouvoir que chacun et chacune donne ou se donne!
Bogdan Stefan, auteur et réalisateur d’origine roumaine et bien installé dans la région depuis plusieurs années, témoignera de ce qu’il a vécu au passage du renversement du régime communiste à la prise en charge progressive par les citoyen.es. Il aidera également à voir comment une société comme la nôtre dispose déjà de nombreux moyens à sa disposition pour exprimer ses attentes et ses besoins.
Jonathan Boies, conteur, danseur et animateur, présentera deux récits visant à stimuler nos réactions devant l’apathie souvent constatée face aux nombreux pouvoirs qui s’imposent à nous.
L’échange qui suivra permettra de développer des idées créatrices de reprise en main de notre pouvoir citoyen et des moyens pour nous assurer que nos représentants soient plus redevables envers la population.
Invitation à tous et à toutes – vive la diversité!
Activité gratuite – consommations (avec ou sans alcool) à vos frais.

Élections provinciales: les enjeux du vivre-ensemble

Mardis vivre ensemble

Le prochain Mardi du vivre-ensemble se tiendra le mardi 11 septembre 2018 à L’Appartement Bar Ambiance, 385 rue Racine est, Chicoutimi, à 19h (ouverture à 18h30).

Dans le contexte de la campagne électorale provinciale, nous invitons particulièrement toute personne intéressée par les enjeux du vivre-ensemble (immigration, intégration, emploi, milieu de vie, services publics, discrimination, famille, démographie, métissage culturel, religions, etc.).

La formule habituelle sera de mise, avec la participation de trois panélistes qui mettront la table sur les questions à débattre:
Carine Blenny, cofondatrice de l’Ambassade boréale, notamment sur les préoccupations des personnes immigrantes et leurs attentes face à la société d’accueil
Marie Fall, membre du Collectif et professeure à l’UQAC, sur les aspects liés à la démographie.
Alexandre Cloutier, député sortant de Lac-Saint-Jean, sur la dimension des politiques publiques favorisant le vivre-ensemble.

Les personnes participant à cette soirée seront invitées à exprimer leurs préoccupations en lien avec la thématique et contribueront ainsi à la mise en forme de questions prioritaires qui pourront faire l’objet d’une lettre ouverte adressée aux candidat.es locaux.

Toute la population est invitée à assister à cet échange. L’activité est gratuite. Il sera possible de consommer sur place des boissons chaudes ou froides, avec ou sans alcool.

Pour information: Christian Bélanger – 418-543-5019

Femmes et religions: au-delà des perceptions

Mardis vivre ensemble

Le deuxième « Mardi du vivre-ensemble » se tiendra le mardi, 6 mars 2018, dès 19h au Café du Presbytère (40 rue Bossé, Chicoutimi) sous le thème « Femmes et religions : au-delà des perceptions ».

Sous forme de causerie et échanges, trois femmes de diverses appartenances religieuses seront appelées à témoigner de leur rapport avec leur propre religion : Mylène Renaud, catholique, Judith Schroeder-Tabah, chrétienne évangélique et Souad Taha, musulmane.

11222967_10153810488669008_2575301396601162395_nSouad Taha

mylene20renaud202Mylène Renaud

1396888_10201757564556750_398826779_oJudith Schroeder-Tabah

L’activité est gratuite et ouverte à toute personne désireuse de dialoguer sur le thème retenu, dans un esprit de respect et de bienveillance, à l’image des valeurs du Collectif. L’objectif est de permettre aux personnes présentes de comprendre le vécu des femmes en lien avec leur appartenance religieuse.

L’animation sera confiée à Mme France Fortin, directrice générale de L’IFTP, partenaire de l’événement. Elle comprendra trois parties :

  • Le témoignage des trois femmes à partir de questions qu’elles auront préalablement reçues.
  • Des témoignages plus spontanés de femmes présentes qui seraient invitées à compléter ceux des panélistes.
  • Un échange avec toutes les personnes présentes.

L’organisme Devenir Présent est également partenaire pour la présentation de cette activité. Fjord Jeunesse soutient financièrement sa réalisation.

Pour information : Jocelyn Girard, 418-543-0783 p. 249

Événement Facebook : https://www.facebook.com/events/1580389925372483/

Site web de L’IFTP: http://www.iftp.org

Site web de Devenir présent : http://www.devenirpresent.org

Fête de la lumière 2018

COEXISTER_J GUHA_G16_7955Le Collectif Coexister au Saguenay Lac Saint-Jean invite les personnes de toutes les origines, religions et cultures, à une grande fête régionale, familiale et interculturelle:

Le dimanche 4 février 2018, de 13h30 à 16h00

Au Centre de loisirs Joseph Nio
555 rue Sainte Marthe, à Chicoutimi

Au programme :

  • Animation musicale par le Trio Prego
  • Bricolages sur le thème de la paix
    Maquilleuse (enfants)
  • Minute de silence pour les victimes de l’attentat à la Mosquée de Québec en 2017
  • Animation et chants par Geniviève Labbé (genevievelabbe.com)
  • Magicien et amuseur
  • Arrivée de la marmotte
  • Partage des crêpes

Les gens sont conviés à apporter quelques crêpes de leur confection pour la collation communautaire en milieu d’après-midi.

Cette fête de la chaleur humaine et du partage exprime la réalité d’une cohabitation interculturelle et interreligieuse grandissante dans notre région.  Elle évoque la tradition québécoise de la Chandeleur ou « fête des chandelles » en lui donnant un sens plus large :

  • La lumière est un symbole important dans toutes les traditions religieuses
  • Les crêpes rappellent le soleil par leur forme et leur couleur
  • C’est le moment de l’année où la marmotte annonce des jours plus chaleureux !

Entrée libre.

Le Coran pour les nuls…

Mardis vivre ensemble

Dans le cadre des mardis du vivre ensemble, Coexister au Saguenay Lac-Saint-Jean, en partenariat avec L’IFTP et Devenir Présent, tiendra son premier café-rencontre intitulé « Le Coran pour les nuls » avec M. Mustapha Elayoubi, président de l’Association islamique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, le mardi 21 novembre 2017 à 19h, à L’Érudit Café, 24 rue Racine ouest, Chicoutimi.

Cette nouvelle activité récurrente veut permettre à la population intéressée de pouvoir s’informer sur des sujets concernant la diversité culturelle et religieuse en vue de favoriser un vivre ensemble plus harmonieux. Le concept est tout simple: après une introduction par un.e invité.e, les personnes présentes peuvent poser des questions, échanger leur point de vue de manière à pouvoir mieux comprendre certaines réalités vécues.

Gratuit. Consommations à vos frais.

Rassemblement pour l’égalité

 Le Collectif Coexister au Saguenay Lac-Saint-Jean, Saguenay, 22 mars 2017.

Dans le cadre de la semaine d’action contre le racisme, les gens de la région dans toute leur diversité sont appelés à se rassembler pour l’égalité pour toutes et tous. Rassemblement racisme

Nous refusons de vivre dans une société où un Traouré, Ben Said ou Sanchez est discriminé à l’embauche à cause de son nom. Où un immigrant racisé n’a pas un emploi à la hauteur de ses qualifications. Où un noir ou un autochtone est profilé par la police. Où des femmes autochtones se font assassiner ou disparaissent. Où des personnes sont pénalisées du simple fait de leur handicap, leur orientation sexuelle où leur sexe. Où des Québécoises portant un foulard se font agresser dans la rue. Où les mosquées se font vandaliser. Où des citoyen-ne-s sont pénalisé-e-s du simple fait de leur handicap, leur orientation sexuelle où leur sexe.

Dimanche 26 mars 2017 à 14h, de Chicoutimi à Montréal en passant par Sherbrooke, Québec et Trois-Rivières, nous serons des familles, des jeunes et des aînées, des femmes et des hommes. Nous serons là pour celles et ceux qui, à cause de leur différence, n’ont pas les mêmes chances. Nous nous rendons visibles car les discours ne suffisent pas. Nos dirigeants doivent passer à l’action.

Ce rassemblement se veut un événement familial et festif. Apportez quelque chose pour faire du bruit. Un amuseur public sera sur place pour les enfants!

Dimanche, le 26 mars, nous nous rassemblons pour l’Égalité!
14h Place du Citoyen, Chicoutimi

Dimanche, le 26 mars, ensemble pour l’égalité!

Liberté pour tous, vraiment?

Une obscure « Coalition canadienne de citoyens préoccupés » annonce que se tiendra dans plusieurs villes du Canada, dont Saguenay et Alma, une « Marche pour la liberté, la paix et la justice » le 4 mars 2017. Sous couvert de vouloir « protéger notre démocratie et notre liberté d’expression », cette organisation voudrait priver certains citoyens de droits fondamentaux*.

Les personnes qui participeront à cette manifestation du 4 mars pourraient ne pas se rendre compte que celle-ci implique des fondements philosophiques et politiques qui visent l’exclusion plutôt que l’intégration, une liberté partiale plutôt que réellement pour tous et toutes.

En effet, il est désormais connu que des groupes extrémistes, comme La Meute, encouragent la participation de leurs membres à cette marche. Ces promoteurs n’ont pas caché leur intention de profiter de cette marche pour mettre de l’avant leur agenda. Qu’ils le veulent ou non, il leur est difficile de cacher le caractère xénophobe et la confrontation identitaire qui sont au cœur de leur action qui se drape de pacifisme et de bonne moralité.

Nous comprenons que des gens de la région puissent se sentir « préoccupés » par ce qui se passe actuellement dans le monde. Les nombreux attentats qui sont survenus dans plusieurs pays et chez nous ne peuvent qu’entretenir la crainte que la violence se perpétue. Mais par-delà la légitimité de réfléchir à des solutions et d’agir, à tous les niveaux, il importe avant tout de ne pas chercher à envenimer les choses par des gestes et des attitudes qui peuvent finir par cibler une communauté en particulier, notamment les musulmans.

Le traitement qui est fait de cette polémique par certains médias et sa récupération politique risquent d’engendrer une spirale d’intolérance. L’islam, à l’instar de toutes les religions, n’est que ce que les hommes en font ; nos concitoyens musulmans ne constituent pas plus une mine de terroristes que les prêtres catholiques ne forment un club de pédophiles…

Comme des milliers d’entre nous avons pu le constater lors des cérémonies qui ont suivi l’attentat de Québec, nos compatriotes musulmans sont attachés au Canada et au Québec. Il s’agit de leurs lieux d’appartenance et de vie où ils se comportent convenablement, respectant les lois et contribuant positivement au progrès social et économique, tout comme la majorité des autres citoyens.

En tant que Canadiens et Québécois, ceux-ci ont les mêmes droits fondamentaux enchâssés dans nos chartes : la liberté de pensée, de conscience et de religion ainsi que la liberté de manifester leur religion tant en public qu’en privé (cf. Déclaration universelle des Droits de l’Homme).

En ce qui nous concerne, notre conviction repose sur une autre approche qui vise le rapprochement et la compréhension mutuelle, car l’unique voie d’avenir pacifique réside dans la recherche d’un vivre-ensemble respectueux et fraternel que seul le véritable désir de rencontres interculturelles et interreligieuses peut apporter.

Ont signé : Marie Fall, Lise Garon, Jocelyn Girard, Jayanta Guha, Luc Lévesque, Douglas Schroeder-Tabah, Jocelyne Simard, Souad Taha, membres du Collectif Coexister au Saguenay-Lac-St-Jean et les sympathisants suivants : Sabrina Adam, Christian Bélanger, Martine Boivin, Pierre Cardinal, Anne-Marie Chapleau, Éric Dubois, France Fortin, Lise Gagné, Louise Grand’Maison, Andrée Larouche, Fatou Marone Diouf

* On peut lire les visées de ce groupe sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/pg/CanadianCCC/about/?ref=page_internal

Les revendications de la CCCC

Pour faire suite à notre prise de position publique sur la Marche pour la liberté, la paix et la Justice du 4 mars 2017 un peu partout au Québec, nous avons cru bon de traduire les différents éléments du projet politique de la Canadian Coalition of Concerned Citizens (Coalition canadienne des citoyens concernés). Cette initiative vise à montrer le caractère disparate des revendications de ce groupe politique. La traduction qui suit est faite à partir du texte trouvé sur la page Facebook de ladite Coalition. Coexister au Saguenay-Lac-St-Jean se dissocie totalement des positions de ce groupe et de toute manifestation publique instituée par ce dernier. 


La Coalition canadienne des citoyens préoccupés (CCCC) est un groupe de défense composé d’hommes et de femmes de tous les horizons. Elle a pour mission  de s’attaquer à des enjeux sociaux importants qui touchent actuellement les Canadiens.

NOS OBJECTIFS :

  • Réduire le nombre de tranches d’imposition et introduire un taux plus juste pour les classes inférieures, moyennes et supérieures de notre société.
  • Introduire un taux d’imposition uniforme pour les petites, moyennes et grandes entreprises.
  • Recueillir les redevances provenant de toutes nos ressources nationales et en partager le revenu avec tous les citoyens canadiens.
  • Protéger les manufacturiers canadiens en imposant une taxe à l’importation sur les  produits étrangers concurrents entrant sur le marché canadien.
  • Abolir la taxe de vente fédérale (TPS) sur les biens et services produits au Canada.
  • Éliminer tous les services gouvernementaux non rentables, inutiles et redondants.
  • Instituer un tarif de base pour toute visite dans un établissement de soins de santé.
  • Interdire aux partis politiques canadiens de recevoir des dons de l’étranger.
  • Fermer et dissoudre toute organisation prêchant contre la Constitution, les lois et les valeurs canadiennes.
  • Ouvrir l’immigration à toute personne qui peut immédiatement s’intégrer, s’assimiler et contribuer à l’économie et au style de vie des Canadiens.
  • Veiller à ce que l’on assure aux sans-abris des services quotidiens de logement, de subsistance et d’assistance.
  • Moderniser entièrement le système militaire canadien et son personnel.
  • Élaborer des programmes gouvernementaux pour l’établissement d’écoles, de collèges et d’universités abordables pour tous les citoyens canadiens.
  • Organiser des référendums en ligne pour connaître la volonté des Canadiens avant d’établir de nouvelles lois.
  • Cultiver et entretenir d’excellentes relations avec les États-Unis d’Amérique et les autres pays du G7.
  • Instaurer un service militaire obligatoire d’un an avec un diplôme d’études techniques pour tous les citoyens canadiens admissibles (hommes et femmes) âgés de moins de 20 ans.
  • Établir une taxe sur les aliments et les boissons nuisibles à la santé, tel que les produits de restauration rapide, les boissons sucrées et les repas riches en cholestérol.
  • Mettre en œuvre des lois plus sévères pour protéger les femmes contre la culture du viol dans notre société.
  • Protéger le droit et le caractère sacré de la vie des enfants à naître et veiller à ce que l’avortement ne devienne pas un mode de contrôle des naissances. Pour cela, mettre en place des programmes offrant aux femmes des choix pro-vie tels que l’adoption ou l’aide gouvernementale.
  • Prévoir des peines plus sévères pour les crimes majeurs, y compris la peine de mort comme moyen de dissuasion.
  • Résoudre la question autochtone : autodétermination versus intégration et assimilation complète dans la société.
  • Construire les pipelines et les mécanismes nécessaires au transport sécuritaire de nos ressources naturelles vers les marchés intérieurs et étrangers.
  • Protéger la Charte canadienne des droits et libertés et le système juridique canadien en veillant à ce que les systèmes juridiques religieux étrangers (comme la charia) ne soient jamais appliqués nulle part au Canada.