La fête de la lumière 2017

image-pour-communique

Grande fête régionale et interculturelle

Le Collectif Coexister au Saguenay Lac St-Jean invite les personnes de tous âges,  toutes origines, religions et cultures à une grande fête régionale et interculturelle

Le dimanche 5 février 2016, de 13h30 à 16h30.

Au Centre de loisirs Joseph-Nio

555 rue Sainte-Marthe, à Chicoutimi

Les gens sont conviés à apporter quelques crêpes de leur confection pour la collation communautaire en milieu d’après-midi.

Au programme de cette fête de lumière, de chaleur humaine et de partage :

– Animation par les Fous du Roy
– Maquilleuse (enfants) et Magicien sur place
– Activité musicale spéciale
– Arrivée de la marmotte (mascotte)
– Dégustation des crêpes
– Conte autochtone
– Chorale improvisée (chants d’origines diverses)

Coexister veut évoquer, par cette fête, la tradition québécoise de la Chandeleur ou « fête des chandelles », en lui donnant un sens plus large. En effet, la lumière est un symbole important dans toutes les traditions religieuses. Les crêpes rappellent le soleil par leur forme et leur couleur. C’est aussi le moment de l’année où la marmotte annonce des jours plus chaleureux ! Enfin, cette fête peut aussi représenter l’espoir d’une cohabitation interculturelle et interreligieuse saine et harmonieuse dans notre région.

L’entrée est libre.

Pour informations :

Lise Garon, (418) 212-8772                                       Jocelyn Girard, (418) 543-0783 poste 249
lise.garon.1@ulaval.ca                                               jocelyn.girard@evechedechicoutimi.qc.ca

Page Facebook de Coexister au Saguenay-Lac-Saint-Jean :
https://www.facebook.com/CoexisterSaguenay

Page Facebook de l’événement : https://www.facebook.com/events/811118805706155/

https://Coexister.quebec

L’extrémisme du maire Jean Tremblay

441e5857-5bbf-4bc8-963c-c2f4f52afba6_jdx-no-ratio_web
Photo Le Journal de Québec, Didier Debusschère

Lettre d’opinion adressée par le Collectif Coexister au Saguenay–Lac-St-Jean au Journal de Québec et au journal Le Quotiden le 16 novembre 2016.

Les propos récents du maire de Saguenay à propos de sa lassitude – le mot est faible – des musulmans, d’abord sur les ondes d’une radio-poubelle, puis rapportés en 21 citations dans le Journal de Québec, ont de quoi faire réagir un groupe comme le collectif Coexister au Saguenay-Lac-St-Jean, qui travaille à déconstruire les préjugés dont peuvent être victimes des personnes appartenant à différentes confessions religieuses.

Si un projet immobilier basé sur la concentration religieuse ne semble pas, a priori, une très bonne idée dans l’esprit de nos membres, la critique que l’on peut en faire ne devrait jamais s’abaisser au niveau des amalgames de toutes sortes que nous sert le maire Tremblay : visage caché, guerres, bombes, accommodements, droits des femmes, peur, versets sataniques, financement halal, doute sur l’existence de musulmans « modérés », profilage, « ils nous imposent leurs valeurs »… Tout ce déballage qui n’a duré que quelques minutes constitue un débordement insensé qui n’a rien pour enrichir le débat public. Cela ne peut qu’encourager les divisions, le mépris et même inciter à la discrimination.

Le maire Tremblay invite les « modérés » à dénoncer les extrémismes ? Par conséquent, nous dénonçons l’extrémisme de Jean Tremblay dans cette lettre ouverte. Par sa position islamophobe, non seulement il ne nous représente pas mais il donne aussi une image déformée de notre région.

Nous croyons que l’intégrisme –  musulman, chrétien ou autre –  tend à diviser plutôt qu’à rassembler, et nous condamnons fermement toute volonté d’imposer ses convictions par la peur et l’intimidation. À l’encontre des préjugés d’une partie de la population dont M. Tremblay se fait le fier représentant, nous estimons qu’il est important de créer un espace de rencontre et de dialogue propice à la reconnaissance mutuelle.

Rappelons que le Collectif Coexister au Saguenay-Lac-St-Jean a vu le jour à la suite des actes de vandalisme commis contre la mosquée de Chicoutimi le 31 août 2013. Il s’emploie, entre autres choses, à poser des gestes et à susciter des réflexions conduisant les gens de notre région à plus d’ouverture et de compréhension envers les musulmans de chez nous : autant les immigrants et les convertis que ceux nés ici.

Et aujourd’hui nous signons : Christian Bélanger, Marie Fall, Lise Garon, Jocelyn Girard, Luc Lévesque, Douglas Schroeder-Tabah, Jocelyne Simard, Souad Taha, Gilbert Talbot ainsi que d’autres membres du Collectif.

Site web : http://coexister.quebec
Page Facebook : https://www.facebook.com/CoexisterSaguenay/

L’exercice des couvertures – avec les Premières Nations

Attention: deux séances, l’une à 13h30 et l’autre à 18h30.

Vivre un exercice de sensibilisation collective, pour mieux comprendre les enjeux autochtones. L’objectif visé est de sensibiliser des groupes de citoyens et citoyennes à l’expérience historique des peuples autochtones du Québec et du Canada.

L’Exercice des Couvertures

De concert avec l’équipe diocésaine de pastorale, de l’Institut de Formation Théologique et Pastorale, le Collectif Coexister Saguenay Lac-St-Jean, vous invitent à vivre une expérience inhabituelle. Au Parvis de Jonquière -3880 Boulevard Harvey, Jonquière-, le jeudi 8 décembre 2016, de 13h30 à 16h00, ou encore de 18h30 à 21h des personnes ressources du Centre d’amitié autochtone du Saguenay nous ferons vivre un exercice de sensibilisation collective : l’Exercice des Couvertures. 

L’Exercice des Couvertures a été créé par Kairos Canada en 1997 et réalisé à travers le pays. La présente version a été adaptée par le Centre d’amitié autochtone du Saguenay. Leur objectif est de sensibiliser des groupes de citoyens à l’expérience historique de la dépossession vécue par les peuples autochtones du Québec et du Canada, ainsi qu’à ses conséquences aujourd’hui.

En se mettant un moment à la place des Autochtones, peut-être pourrons-nous ressentir ce que c’est que d’être autochtone aujourd’hui? L’Exercice des Couvertures couvre plus de 500 ans d’histoire dans un atelier expérientiel. Les participants prennent le rôle des peuples autochtones au Canada. L’exercice des couvertures amène les participants à mieux comprendre les enjeux autochtones d’aujourd’hui et de développer leur empathie. L’exercice est suivi par un cercle de partage dans lequel les participants ont l’occasion de discuter de l’expérience en tant que groupe.
Bienvenue à tous!

Contribution volontaire. Pour informations: Jocelyn Girard – 418-543-0783 p. 249 ou jocelyn.girard@evechedechicoutimi.qc.ca

Crise des réfugiés syriens: Une soirée pour s’épauler…

Compte-rendu de la soirée d’échange du 10 septembre 2015

Près de 40 personnes se sont rassemblées à la bibliothèque de Chicoutimi le 10 septembre dernier à 19h pour partager, réfléchir et se concerter. Après la présentation de Mme Anna Purkey via Skype, avec quelques problèmes de son, nous avons proposé à l’assemblée de se répartir en cinq groupes autour des cinq questions suivantes :

Comment, par quel(s) moyen(s):

  1. Partager des faits, des réflexions, des analyses sur la situation des réfugiés qui permettent de mieux comprendre les enjeux et de faire de l’ÉDUCATION populaire?
  2. FAIRE PRESSION efficacement sur les élus et les instances de gouvernements aux niveaux municipal, provincial et fédéral?
  3. Appeler nos concitoyenNEs à se montrer plus généreux (DONS $) en regard des besoins des organismes d’aide humanitaire sur le terrain et dans les camps de réfugiés?
  4. MOBILISER la population, la société civile et nous-mêmes dans la défense des droits des réfugiés et des migrants?
  5. Procéder à des démarches concrètes de PARRAINAGE pour parvenir au bout du processus de parrainage par des groupes et institutions de la région?

Voici les propositions émanant des groupes :

  1. ÉDUCATION:
  • Prémisse: Avoir un message de base / travailler le contenu (mener une réflexion pour la communiquer)
  • Proposition: que nous élaborions un contenu qui s’adresse à la population et qui peut se déployer en plusieurs moyens dont…
  • Une page Web de sensibilisation sur des questions relatives aux préjugés, etc.
  • Capsules (clips vidéo) de personnes en situations (réfugiés)
  • Cercle de presse / MATv
  1. FAIRE PRESSION
  • Constats: statut de réfugié, l’enjeu est d’obtenir la présomption du statut pour les Syriens. Le momentum est bon par rapport aux élections.
  • Demander suivi par rapport à l’engagement de Ville Saguenay (pas concret).
  • Que les autres villes suivent Saguenay (demander engagement)
  • Aux candidats, demander prendre position clairement.
  • Denis Lebel (représentant du gouvernement actuel) actions ciblées sur les délais (cf. situation d’urgence)
  • Trouver un porte-Parole pour cette cause (ex. Sébastien Pilote)
  • Action concertées, commencer petit
  1. MOBILISATION
  • Qui mobiliser? Nous, population, société civile, organismes d’accompagnement des personnes migrantes
  • Comment mobiliser? Financement des organisations ;  les gouvernements ont rôles à jouer
  • Action de la part d’entreprises de la région?
  • Sensibiliser les gens autour de soi (discussions)
  • Écueils: multiplication des détresses
  • Regarder les autres situations similaires dans le monde et faire connaître les droits des réfugiés (trop méconnus)
  • Un lettre ouverte pour aller dans le sens de ce qui a été proposé par Ville Saguenay (suites au prises de parole Simon Olivier Côté, Marcellin ) /  Voir ce que nous avons, ce qui nous manque aussi )
  1. DONS ($)
  • Former un guichet unique à Saguenay pour l’accueil et les services aux réfugiés (chapeauté par un CA)
    • Formé de représentants de la société civile et religieuse
    • pour amasser et distribuer des fonds
    • Soutenir financièrement les groupes de parrainage
    • S’adjoindre à un organisme qui peut émettre des reçus d’impôt
  • Mot-clé = leadership
  • Cette proposition a été questionnée par le fait qu’il existe déjà plusieurs associations déjà bien outillées dans l’aide aux réfugiés et aux groupes qui désirent parrainer. Il faudrait se mettre en lien avec eux, notamment Action Réfugiés Montréal.
  1. PARRAINAGE
  • C’est quoi parrainer? 2 à 5 personnes impliquées pour s’engager pendant un an pour tous les besoins
  • Accueil et accompagnement des personnes (incluant santé mentale, traumatismes, etc.)
  • Trouver un organisme ou personne pour répondre aux questions, informer et faire des liens avec les ressources sur toutes les facettes du parrainage…
  • Diffuser sur les réseaux sociaux et traditionnels
  • Que Coexister prenne le mandat de s’occuper de cette question (ou que deux ou trois personnes travaillent sur le parrainage)
  • Éviter de dédoubler les ressources…
  • Action Réfugiés Montréal fait déjà tout ça…
  • S’assurer de ne pas diviser les familles

Des listes de noms ont été réalisées pour identifier les personnes intéressées à participer à un travail en comités pour chacun de ces cinq volets.

Enfin, à la suite de notre rencontre, Jorge Frozzini nous a fait parvenir, de la part de Mme Anna Purkey, une liste de ressources pour nous aider à mieux comprendre les enjeux et les moyens.

Ressources:

Informations générales : * Conseil canadien pour les réfugiés : http://ccrweb.ca/fr

http://ccrweb.ca/fr/recommandations-reponse-canadienne-refugies-syriens

* Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes : http://tcri.qc.ca/  (voir leur liste de membres) * Association canadienne des avocats et avocates en droit des réfugiés : http://www.carl-acaadr.ca/  * Amnistie Internationale : http://www.amnistie.ca/

* Association Québécoise des avocats et avocates en droit de l’immigration : http://www.aqaadi.com/

Parrainage : * Immigration Diversité et Inclusion Quebec : http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/immigrer-installer/refugies-autres/parrainage-collectif/index.html

* Immigration et citoyenneté Canada : http://www.cic.gc.ca/francais/refugies/parrainer/index.asp  * Action Réfugiés Montreal : http://www.actionr.org/FR/bienvenue.htm

Dons : * Relations internationales et Francophonie Quebec : http://www.mrif.gouv.qc.ca/fr/salle-de-presse/actualites/15606  * Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés : http://www.unhcr.fr/cgi-bin/texis/vtx/home  ; http://www.unhcr.ca/

Un reportage-photos sur les musulmans du Québec et une bibliothèque vivante

Événement à Alma : « QuébécoisEs, musulmanEs… et après? »

Une exposition qui bouscule les idées reçues

Des photos de Québécois musulmans – ou perçus comme tels au Québec – seront exposées à la Bibliothèque municipale d’Alma jeudi, vendredi et samedi les 23-24-25 septembre.

Le photoreportage veut sortir des clichés répandus en offrant des portraits qui rendent compte de la diversité des personnes musulmanes au Québec, en ce moment où le public de la région se mobilise pour l’accueil des réfugiés syriens. Ces citoyens québécois ont accepté de présenter leur visage, un peu de leur quotidien et de leur histoire de vie, pour nous faire découvrir des réalités trop souvent méconnues.

Un vernissage auquel le public est invité se tiendra jeudi le 24 septembre de 16H à 18H, au deuxième étage de la Bibliothèque.

L’exposition sera accompagnée, vendredi 25 et samedi 26, d’une bibliothèque vivante. Le concept est simple : un « livre humain », c.a.d. une personne en chair et en os, peut être « lu » sur place par un usager curieux de connaître un vécu hors du commun (voir la liste des livres vivants disponibles).

Photoreportage et bibliothèque vivante sont une initiative conjointe du collectif de chez nous, Coexister, et du Centre justice et foi (Montréal). L’activité abordera quatre thématiques :

– la vie quotidienne

–  le travail et le parcours professionnel

– la participation citoyenne

– la religion et la spiritualité

Pourquoi cette exposition ?

« Notre groupe veut répondre à l’inquiétude croissante entourant la diversité ethnoculturelle et religieuse dans la région » explique Jocelyn Girard, porte-parole de Coexister, ce collectif de notre région qui se donne pour mission de créer des liens durables d’amitié et de solidarité entre les personnes et les groupes de religions différentes ou sans religion.